L'économie française s'est contractée de manière inattendue au premier trimestre dans un contexte de flambée de l'inflation

L’économie française s’est contractée de manière inattendue au premier trimestre dans un contexte de flambée de l’inflation

Publié le:

L’économie française s’est contractée de manière inattendue au premier trimestre alors que les consommateurs luttaient pour faire face à la flambée de l’inflation, selon des données officielles publiées mardi, mettant la pression sur le président Emmanuel Macron à l’approche des élections législatives ce mois-ci.

L’agence de statistiques INSEE a déclaré que la deuxième économie de la zone euro s’était contractée de 0,2% au cours des trois mois se terminant en mars par rapport au trimestre précédent. Il avait précédemment estimé que le produit intérieur brut était stable pendant cette période.

Une ventilation des données a montré que les dépenses de consommation étaient plus faibles que prévu, chutant de 1,5 % au lieu de 1,3 % précédemment, les ménages ayant limité leurs dépenses en voitures neuves et en hôtels.

Alors qu’une épidémie de la variante Omicron du COVID-19 a pesé sur l’activité en début d’année, une poussée de l’inflation des prix à la consommation – qui, selon l’INSEE, a atteint un record de 5,8% en mai – a freiné les dépenses des ménages.

Les consommateurs français ressentent le pincement


Dans le dernier signe que l’inflation inquiète les consommateurs, l’Insee a déclaré que les ménages avaient réduit leurs dépenses en avril de 0,4%, alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une augmentation moyenne de 0,8%.

>> Quels sont les plus grands défis pour le second mandat de Macron ?

Le gouvernement français a jusqu’à présent réussi à maintenir l’inflation à un niveau inférieur à celui de tout autre pays de l’UE à l’exception de Malte grâce à un paquet de 25 milliards d’euros consistant en grande partie en des plafonds sur les augmentations des prix du gaz et de l’électricité.

Mais cela n’a pas empêché la diminution du pouvoir d’achat d’être la principale question politique lors des élections législatives du mois prochain qui détermineront si le président récemment réélu Macron a une majorité parlementaire pour gouverner pendant les cinq prochaines années.

Le gouvernement Macron a promis une nouvelle série de mesures pour stimuler le pouvoir d’achat, allant d’une augmentation des pensions de base et du salaire des fonctionnaires aux subventions alimentaires pour les pauvres.

Le chef de la banque centrale française a déclaré mardi que les dernières données sur les prix n’avaient fait que renforcer les arguments en faveur de la sortie de la relance monétaire exceptionnelle de la Banque centrale européenne lors de la réunion de son conseil des gouverneurs la semaine prochaine.

L’inflation dans l’ensemble de la zone euro a atteint 8,1 % en mai, un nouveau record, remettant en question l’opinion de la BCE selon laquelle des hausses graduelles des taux d’intérêt à partir de juillet suffiront à maîtriser la croissance des prix.

“Les derniers chiffres d’inflation du mois de mai en France et dans d’autres pays confirment la hausse que nous attendions et la nécessité d’une normalisation progressive mais résolue de la politique monétaire”, a déclaré le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau.

(Reuters)

.

Leave a Comment

Your email address will not be published.