Markets

perspectives boursières : 2004 revisitée ? Prochain mouvement pour amener Nifty à 21 500; nous sommes prêts pour un marché d’achat sur creux, déclare Atul Suri

La composition des secteurs me donne l’impression qu’en tant que pays, nous assisterons probablement à une reprise de l’activité industrielle. Lorsque de tels marchés haussiers commencent, ils ont tendance à être très longs. J’ose dire que nous surperformerons également les marchés américains, dit Atoul Suri, PDG, Tendances Marathon -PMS

Jackson Hole est venu et reparti. Le marché indien surperforme-t-il en relatif et en absolu ?
Ce qui s’est passé, c’est que le 21 octobre a été le plus haut pour la plupart des marchés mondiaux et nous avons corrigé dans un canal. Nous avons passé près de 11 mois dans les services correctionnels. Et au cours de ces 11 mois, l’indice a peut-être augmenté de 5 à 6 %, mais la douleur dans les portefeuilles est bien plus grande car l’espace de croissance a beaucoup plus souffert. comme l’indice technologique est en baisse de 25% même en ce moment. Donc la douleur est beaucoup plus.

Nous avons eu 11 mois de correction et nous avons également eu une correction des prix qui est bien plus qu’optiquement visible. Il y a beaucoup de nouvelles et de sentiments négatifs. En fait, hier, je lisais une enquête auprès de gestionnaires de fonds qui indiquait que le prochain mouvement de 10 % du S&P serait à la hausse et à la baisse ou à la baisse ; 70% ont estimé que ce serait en baisse et donc l’ambiance est plutôt négative.



Oui, il y a des problèmes avec la Fed, il y a le récit et on craint qu’à court terme, il y ait une pression sur le marché, mais je n’ai jamais vu les marchés chuter massivement après 11 mois de sous-performance et de correction. Le sentiment est mauvais et c’est le moment idéal pour l’Inde d’acheter en cas de creux. Oui, nous corrigerons avec les marchés mondiaux, mais nous corrigerons moins et cela offre une très bonne opportunité aux investisseurs de déployer de l’argent car nous sommes à l’aube de quelque chose de très gros.

C’est une phase où j’ai presque un déjà-vu de 2004 simplement à cause de la façon dont les secteurs évoluent et dont le marché prend forme.

« Retour aux histoires de recommandation



Je suis devenu très optimiste. Si les corrections sont là, les gens devraient utiliser cela comme une opportunité de déployer de l’argent.

Alors pourquoi acheter sur dips ? Si nous sommes dans un marché haussier à long terme comme le disait Rakesh Jhunjhunwala, s’il faut passer de Rs 500 à Rs 1000, peu importe que vous l’ayez acheté à Rs 600 ou 700. Le problème avec l’achat sur creux est que vous vous ne savez pas quelle est la bonne définition de dip ?
Encore une fois, c’est pour les gens comme moi qui sont sur le marché, qui regardent le marché de près mais certainement pour certaines personnes qui en sont un peu éloignées, cette phase vient que vous le fassiez de manière systématique ou que vous le fassiez d’un seul coup . La phase d’achat approche, la phase d’achat sur creux approche, à quel prix vous achetez et ce que vous achetez est évidemment un domaine de discussion très différent.

Où peut aller Nifty dans ce cycle ?
Le premier mouvement est venu lorsque nous sommes sous 18 000-17 500. Nous pourrions nous diriger vers 21500.

Cette année, voyez-vous cela se produire?
Je ne donnerais pas un mois calendaire et des choses comme ça, mais je pense que la prochaine étape devrait l’amener à environ 21500, mais je pense que ce ne sera que le début.

Alors la fête ne dépasse pas à 21 000 ?
Non, je pense que la façon dont les techniques actuelles sont façonnées, le prochain mouvement vers le haut nous amènera à 21500 mais comme je vous l’ai dit, la façon dont je vois les thèmes en interne me donne un moment de déjà-vu de 2004.

Laisse-moi expliquer; les secteurs du leadership ne sont plus ceux qui se sont bien comportés pendant une décennie. En fait, ils ont été les endroits les plus défensifs. Ce sont des secteurs vers lesquels nous sommes allés lorsqu’il n’y avait pas d’activité industrielle massive. Aujourd’hui, le leadership est dans l’automobile. L’automobile est une très bonne thématique séculaire, un proxy de l’activité industrielle, des biens d’équipement et on trouvera beaucoup de banques, de secteurs ou de thématiques PSU très liés au cycle industriel et qui n’ont pas bien marché depuis une décennie. C’est là que se trouve la sous-propriété et c’est là que je vois le leadership.

En fait, si l’on reporte le plus haut d’octobre à aujourd’hui, dans tous ces secteurs, les indices sont positifs.

D’un autre côté, il y a des secteurs qui étaient des jeux défensifs, vers lesquels les gens se sont précipités en période de difficulté comme la pharma. C’est 10-11% de réduction; IL est à 25 % de réduction. Ainsi, les caractéristiques internes du marché, la composition des secteurs me donnent l’impression qu’en tant que pays, nous allons probablement assister à une reprise de l’activité industrielle, qui nous échappe depuis près d’une décennie. Lorsque de tels marchés haussiers commencent, ils ont tendance à être très longs.

J’ose dire que nous surperformerons également les marchés américains.

“Dans le monde réel, nous constatons que les cycles sont devenus beaucoup plus nets, beaucoup plus courts et l’informatique en est un exemple. Si vous n’aviez pas l’informatique en 2021, vous commettiez un péché et si vous avez l’informatique en 2022, vous commettez un péché .”

— Atul Suri, Marathon PMS

C’est ce que nous avons fait depuis Jackson Hole, si je regarde des points de données très myopes…
A court terme, oui.

Ils sont en baisse de 6 %, ce qui signifie que nous sommes en hausse de 6 % ?
Permettez-moi de mettre cela dans des données à plus long terme. Nous faisons quelque chose qui s’appelle un tableau des ratios, un ratio n’est rien d’autre que la relation d’un indice par rapport à un autre, le marché en ébullition au cours des dernières années a été les États-Unis et le S&P 500 est un bon indicateur pour cela.

L’Europe est un cas désespéré, les marchés émergents sont un cas désespéré, le grand moteur est les États-Unis et prenons SPX. On fait un tableau des ratios entre SPX et Nifty 50 et on sent qu’on sort d’une fourchette de 10 ans par rapport à SPX. Ainsi, Nifty, malgré ses très bons résultats, a relativement sous-performé ou n’a pas surpassé le SPX, mais ce que nous voyons, c’est que cette relation tend à aller en faveur de Nifty après 10 ans.

Ceci est donc similaire à ma thèse précédente selon laquelle l’Inde connaît une reprise du cycle industriel et quels que soient les développements mondiaux, notre surperformance relative se poursuivra et je pense que cette fois nous surperformerons les marchés américains et émergerons comme l’un des plus forts.

Vu le fait qu’on est franchement pas très loin d’un record absolu sur le Nifty…
Nous étions à 4% de 18600 jusqu’à il y a quelques jours.

Dans quelle mesure pensez-vous que ce marché haussier va s’accélérer avant de parler d’euphorie ou de pic de marché ? Si c’est le début d’un marché haussier selon votre analyse, alors où ce marché haussier s’étendra-t-il ? Envisagez-vous 30 000, 35 000, voire au-delà de 35 000 sur le Nifty ?
Vous voyez, on aimerait croire en ces chiffres, mais je pense que ce qui compte, c’est la livraison en termes de chiffres et d’activité économique. Ce sont des phases préliminaires, mais comme je l’ai dit, chaque fois que j’ai vu ces secteurs émerger, ils ne se terminent pas en un ou deux trimestres. Ils ont vraiment tendance à être des cycles de deux, trois ou quatre ans. Et c’est ce que nous avons vu en 2003-04. Cela a duré jusqu’en 2008 et, bien sûr, des excès se sont également produits de l’autre côté et les conditions économiques mondiales étaient différentes.

Ce sont, bien sûr, beaucoup de variables, mais si je le considère comme une étape étroite, il y a une cause d’optimisme. Je pense que 21 500 pourraient être le premier arrêt et si les matières premières et il y a beaucoup d’autres classes d’actifs en jeu, si les choses se mettent en place, je pense que nous pourrions réellement commencer un mouvement prolongé me rend très, très optimiste et c’est pourquoi je pense que Cet automne qui se produit en raison des secousses mondiales, c’est une opportunité d’achat à la baisse.

L’une de mes questions préférées au moins avec Rakesh Jhunjhunwala était que si le marché haussier est comme un voyage en train de Churchgate à Kandivali, où pensez-vous que ce marché haussier a atteint dans votre analyse ?

Je pense que nous sommes à la première plate-forme.

D’accord, nous n’avons même pas atteint Bandra ?
Non, non, nous n’avons pas du tout. En fait, nous sommes encore quelque part là-bas dans la phase de démarrage.

C’est donc le début du marché haussier ?
Absolument. Si vous regardez le sentiment, les indices.

Je ne parle pas d’un jour, je parle d’un mois. Comme je l’ai dit, j’ai un déjà-vu sur les rouages ​​du marché. Ce sont les secteurs, c’est la largeur, l’indice des moyennes capitalisations. Fait intéressant, les petites capitalisations ne se portent pas trop bien dans ce genre d’euphorie du commerce de détail.

La semaine dernière, l’indice des petites capitalisations était en baisse de 20 % par rapport à son sommet. Je n’ai pas regardé les données de cette semaine.
Ce que nous avons vu il y a quelques mois ou peut-être six ou neuf mois était une très grande surperformance des petites capitalisations, qui est un très grand représentant de l’activité de vente au détail où les accès aux lots se produisent, mais c’est que vous voyez que le mouvement est plus dans le milieu à grand et je pense que c’est un endroit très agréable et c’est là que nous nous retrouvons sectoriellement thématiquement et ces internes me rendent positif. Voyez ce qui se passe dans l’espace macro et tout est très large. Beaucoup de choses peuvent arriver, mais dans l’état actuel des choses, comme le montrent les données, cela me rend très positif en ce moment.

Nous nous attardons un peu sur cette comparaison 2004 mais entre 2004 et 2008. le monde s’en est aussi très bien sorti.
Absolument.

Vous avez comparé cette année avec 2004. Mais en 2004, les prix des matières premières se sont très bien comportés. La liquidité s’est déplacée dans une autre zone. Sur tous ces paramètres, nous regardons un scénario différent. Les matières premières baissent, la liquidité va se contracter. Ainsi, bien que cela puisse sentir comme un marché haussier de 2004, cela ne ressemble pas à un marché haussier de 2004.
Ce que je ressens, c’est que cette fois, ce ne sera pas de nature très globale. Lorsque j’ai parlé de ce ratio, le S&P ou les États-Unis pourraient ne rien faire pendant quelques années, mais l’Inde surperformerait relativement.

Donc, la taille du mouvement n’est peut-être pas là, mais la surperformance relative, à mon avis, sera là. J’ai l’impression qu’une chose très importante qui va se produire et qui va surprendre le monde est la fissure des prix des matières premières. Aujourd’hui, l’inflation est à l’origine des problèmes et explique pourquoi les taux d’intérêt montent, pourquoi la liquidité se resserre. L’inflation est massivement tirée par les matières premières. Lorsque je regarde les prix mondiaux sous-jacents des matières premières, je sens qu’une correction de 30 % est susceptible de se produire.

Seriez-vous alors à court de matières premières ?
Je le penserais.

À tous les niveaux ?
Je pense que oui et ce qui va être très intéressant pour l’Inde, c’est que si nous voyons une fissure dans le brut, comme le Brent, je vois qu’aucune de ces matières premières n’a atteint des niveaux record ou nous avons encore atteint des niveaux pré-Covid où ce qui s’est passé, c’est qu’il y a beaucoup de spéculations. Le prix du brut est fonction de la politique. La géopolitique est en jeu et cela peut changer très rapidement.

Je pense qu’il va y avoir une très forte correction des matières premières et bien qu’aujourd’hui la principale préoccupation pour nous soit l’inflation, trois à six mois plus tard, ce ne sera pas le point central.

En fait, on parlera de croissance et c’est pourquoi j’ai l’impression que la Fed ne sera pas aussi agressive. Il a changé son commentaire tous les quelques mois et cela peut aussi changer très rapidement. En ce moment, ils sont extrêmement bellicistes mais cela peut devenir très neutre, très bientôt.

Si les matières premières craquent, c’est très positif pour l’Inde, en particulier dans le panier énergétique et pour beaucoup d’entreprises indiennes car les coûts des matières premières vont baisser.

Ils ont tous pris des hausses de prix, les meilleures lignes sont là, la demande est là mais les marges se compriment. Si le coût des matières premières diminue, je ne sais pas dans quelle mesure ils accepteront une réduction des prix, mais la rentabilité augmentera et cela pourrait être un très gros déclencheur.

Le récit de cette année a changé de près de 180 degrés ?
Absolument.

Au début de l’année, tout était numérique. Aujourd’hui, nous disons au revoir à l’informatique. ALORS, le récit du déclin des matières premières pourrait changer dans trois à six mois ?
Mon plus grand apprentissage au cours des deux dernières années après Covid est que la durée des cycles a diminué. Nous envisagerions un cycle de 3 à 5 ans. En 2000, le secteur à avoir était la pharma. C’est dans les dépotoirs maintenant.

2021 était entièrement consacré à l’informatique, c’est en baisse. 2022 a d’ailleurs été consacré aux matières premières et aux métaux, je pense que ce serait la prochaine. Les cycles sont donc devenus très aigus et très rapides et en tant que gestionnaires de fonds, nous sommes confrontés à de nombreux défis car il faut beaucoup brasser le portefeuille car pour créer une surperformance, il faut être dans l’espace des tendances. Mais c’est la nouvelle réalité avec laquelle il faut vivre.

A la limite nous sommes esclaves des rendements, je voudrais détenir le titre 10 ans, pour ma vie comme dirait Warren Buffett. Mais même le grand homme ne le tient pas pour la vie.

Dans le monde réel, nous constatons que les cycles sont devenus beaucoup plus nets, beaucoup plus courts et l’informatique en est un bon exemple. Si vous ne l’aviez pas en 2021, vous commettiez un péché et si vous avez un IT en 2022, vous commettez un péché.

.

Leave a Comment